A la prison pour femmes de Rennes, détenues et surveillantes rament ensemble