Au procès Benalla, la “police des polices” et la légitimé de la violence