Dès treize ans, des enfants traités en adultes sur les réseaux sociaux