L’UE tente de rassurer des Balkans frustrés, sans leur ouvrir la porte