L’université de Perm traumatisée, au lendemain de la tuerie