Pour les Haïtiens bloqués en Colombie, le “rêve américain” coûte que coûte